le protocole de suivi d’une grossesse molaire partielle

Home Forums Franstalig Forum le protocole de suivi d’une grossesse molaire partielle

15 berichten aan het bekijken - 1 tot 15 (van in totaal 34)
  • Auteur
    Berichten
  • #366 Reageer
    AvatarAnoniem
    Gast

    En cherchant des informations sur internet au sujet des grossesses molaires partielles, je suis tombée sur votre site ainsi que sur le site du centre de référence des maladies trophoblastiques de Lyon en France. Je m’étonne que le protocole de suivi d’une grossesse molaire partielle semble si différent en Belgique et en France. En effet, en France ils préconisent des prises de sang chaque semaine jusqu’à la normalisation (hcg<5 ui/l) et ensuite une confirmation sur trois semaines et l'arrêt de la surveillance. Vous trouverez leurs explications détaillées sur la page suivante: http://www.mole-chorio.com/spip.php?rubrique19

    Comment se fait-il qu'il y ait une si grande différence entre les protocoles français et belge?

    Pourriez-vous m'éclairer sur les données vous menant à proposer une surveillance de 6 mois depuis la normalisation lorsque celle-ci est survenue en plus de huit semaines?

    Quels sont les risques encourus dans le cas d'une nouvelle grossesse avant ce délais de 6 mois?

    #375 Reageer

    Bonjour Madame,

    Vos questions sont très pertinentes.
    Votre cas ayant été soumis pour enregistrement dans le registre belge des maladies trophoblastiques, nous connaissons l’histoire de votre grossesse.
    Les buts du registre sont l’aide au diagnostic, au traitement et au suivi de ces pathologies rares que sont les maladies trophoblastiques dont font partie les môles.

    En cas de môle, le risque de développer une grossesse molaire après négativation spontanée de l’hCG est très faible.
    En ce qui concerne les différences de suivi que vous soulevez, nous reconnaissons les divergences entre les recommandations belges et celles des autres centres.

    Sachez que dans ce domaine, les recommandations ont récemment été modifiées sur base de l’expérience accumulée par les centres français, anglais et néerlandais.

    Jusqu’à récemment, les taux d’hCG étaient suivis pendant une année après évacuation d’une grossesse molaire complète et pendant 6 mois après une môle partielle.

    Les données de certains centres suggèrent que le risque de développer une néoplasie trophoblastique après négativation spontanée de l’hCG dans le suivi d’une môle partielle est virtuellement nul. Le suivi a donc été raccourci pour les môles partielles. Pour les môles complètes, un suivi de 6 mois reste encore conseillé.

    Les Anglo-saxons proposent un suivi identique après évacuation d’une môle complète ou partielle. Le suivi diffère selon le délai de négativation de l’hCG : suivi pendant 6 mois après curetage si la négativation est observée dans un délais de 8 sem ou suivi pendant 6 mois après négativation si celle-ci est observée après un délai de 8 sem.

    Nous avons tout récemment débuté l’activité du registre belge.
    Nous avons souhaité proposer des recommandations simples et robustes pour garantir le maximum de sécurité dans ce contexte mais également pour enregistrer des données objectives, propres à la Belgique, permettant de soutenir les nouvelles recommandations françaises.

    En espérant avoir répondu à vos questions, nous vous prions de recevoir, Madame, l’expression de nos sentiments les meilleurs

    Frédéric Goffin
    Marie Timmermans

    #454 Reageer
    Avatarsouheyla
    Gast

    J’ai subit un curetage en avril 2013 suite a une mole partielle
    Le bhcg est devenu negatif au bout de 4 semaines
    Lesoucis, et que je decouvre hier que je suis enceinte, c-a-d 3 mois apres le curetage (je faisais pourtant tres attention)
    Pouvez vous me dire si je risque quelque chose dans cette nouvelle grossesse? Je panique enormement, votre reoonse m’ai tres precieuse.
    Merci encore

    #455 Reageer

    Chère Madame,

    Les données récentes publiées par le Centre de référence français montrent que le risque de développer une maladie trophoblastique après normalisation spontanée et confirmée des taux d’HCG après évacuation d’une môle partielle (confirmée par une relecture anatomopathologique) est pratiquement nul.
    Cette information doit donc vous rassurer.

    Par contre, compte tenu de votre antécédent de grossesse molaire, il vous est conseillé de réaliser une échographie gynécologique précoce pour exclure l’éventualité (très rare!) d’une récidive de grossesse molaire ainsi qu’un contrôle d’hCG, 3 mois après cette nouvelle grossesse.

    En espérant ainsi avoir répondu à vos attentes!
    Bien à vous

    Frederic Goffin,
    pour le registre belge des maladies gestationnelles trophoblastiques (www.mole-chorio-bgog.eu)

    #458 Reageer
    AvatarSouheyla
    Gast

    Je vous remercie pour votre réponse
    Voici mes bHCG:
    3ème SG: 900
    4ème SG: 12000
    J’espère que tout va bien pour l’instant
    Je compte faire un 3ème à ma 4éme SG et prendre RDV avec mon gynécologue pour une écho
    Merci encore pour votre réponse

    #779 Reageer
    AvatarWarniez Amélie
    Gast

    Je m’adresse à vous aujourd’hui au nom de ma sœur… Elle a découvert qu’elle était enceinte en mai 2013,fin juin, son gynécologue lui annonce qu’elle a fait une fausse-couche.Elle subit un curetage… Les analyses ont été faites à l’hôpital d’Ath.Pas de môle ! Suite aux prises de sang après le curetage, son taux d’HCG ne baissait pas… Elle a changé de gynécologue, Madame Absil(hopital d’Ath)a repris son dossier et suspectait une grossesse molaire. D’autres analyses ont été faites, et effectivement, il s’agissait bien d’une grossesse molaire (partielle). Son taux d’HCG est redescendu à 0 après 3 mois… Elle a été suivie pendant les 6 mois suivants et a pu réessayer… 6 mois plus tard( Septembre 2014), elle découvre avec grande joie qu’elle est enceinte. Mi-octobre… Fausse-couche ! A nouveau… Curetage… 3 mois plus tard son taux d’HCG est encore à 4 ! Ils ont analysé sur Ath, pas de môle… C’est aussi parti sur Erasme et nous n’avons toujours pas les résultats ! Est-ce normal que ça prenne encore autant de temps avant que son taux d’HCG ne soit à 0 ??? Est-ce forcément une deuxième grossesse molaire ? Elle n’a pas eu de traitement particulier pour la première grossesse molaire, juste un suivi pendant 6 mois… Ne doit-elle pas être suivie dans une clinique de fertilité afin de l’aider ? Y-a-t-il des spécialistes des grossesses molaires en Belgique? Ou devrait-elle aller?
    Si je vous contacte, c’est parce que je vois l’état de ma soeur se dégrader de jour en jour, je suis très inquiète. Elle ne veut pas en parler, se renferme sur elle-même…
    Merci d’avance.

    #819 Reageer
    Avatarmehdi
    Gast

    bnj, ma femme age 32 ans en a fais un curtage avec cytotec ilya 1mois mais elle a engeinement jusqua aujoudhui elle prend un medicament METROL
    hier elle fait un test de song pour suivi hCG.
    je suis inquette
    aide

    #837 Reageer
    AvatarAnnie
    Gast

    Bonjour, J’ai fais 2 grossesses molaires en 2015. On m’a dit qu’après le 1er trimestre les probabilités de faire une grossesse molaire est quasi nulle.
    Est-ce vrai ? Je suis enceinte de 13 SA en ce moment et aucune môle ne semble être présente. Est-ce vrai qu’une môle peut se développer d’ici la 20ème semaine ? Merci !

    #838 Reageer

    Chère Madame,

    Tout d’abord, nous tenons à vous féliciter pour votre grossesse en cours!

    Concernant votre question, sachez que le risque de développer une deuxième grossesse môlaire est faible, de l’ordre de 1%.
    Après deux grossesses môlaires, le risque est néanmoins accru.
    Concrètement, dans votre cas, la surveillance par échographie du placenta est justifiée.
    Etant donné l’évolution favorable de la grossesse actuelle au delà de 12 sem et l’absence d’anomalie échographique du placenta, la probabilité d’une nouvelle grossesse molaire nous semble faible.
    Nous préconisons néanmoins, outre la surveillance échographique périodique, une analyse histologique du placenta après l’accouchement.

    Nous restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire,

    Bien à vous

    Frédéric Goffin,

    Gynécologie oncologique,
    Responsable du centre belge des maladies trophoblastiques, section francophone.

    #843 Reageer
    Avatarnadia
    Gast

    bonjour
    je viens vous faire part de ma grande inquiétude.
    en effet j’ai fait une fausse couche le 22 juillet 2016 à 12 semaines. et subit un curetage auparavent j’ai été opéré à la trompe gauche qui présentait un hydrosalpinx; en aout 2015.
    aprés analyse il se présente qu’il s’agit d’une grossesse molaire partielle. mon taux du beta hcg est redevenu 0 en fin septembre 2016
    je m’inquiète à propos que mon médecin veut que j’attende 6 mois avant de faire un projet d’une éventuelle grossesse. et je ne sais pas si j’aurai encore la chance de retomber à nouveau enceinte.et pourquoi pas réessayer après 3 mois?

    #844 Reageer
    Avatarnadia
    Gast

    en plus vu que je n’ai pas d’enfants jusqu’à ce jour je suis désespéré bientot 32 ans

    #859 Reageer
    AvatarAmandine
    Gast

    Bonjour alors voilà jai subit un curetage à 11 SA suite à 3 poches vides …. le placenta est partis en analyse et à confirmer que ce n’était pas normal …. 12 000 bêta hcg avant le curetage et 129 une semaine après …. tout est repartis en analyse pour que ce soit une analyse plus complète POUR écarter la grossesse molaire … alors ma question est es ce que vous pensez à une grossesse molaire ? Complète ou partielle ?

    #860 Reageer

    Bonjour Madame,

    Dans certaines circonstances, effectivement, l’aspect échographique d’une grossesse non évolutive suggère la possibilité d’une môle.
    Cependant, le diagnostique de certitude ne peut être posé que par une analyse microscopique (anatomopathologie/histologie).
    Un diagnostique précis nécessite régulièrement le recours à des spécialistes de la question.
    L’aide au diagnostique des grossesses môlaires représente l’une des fonctions essentielle du centre de référence belge pour les maladies trophoblastiques.
    En cas de suspicion de grossesse môlaire, partielle ou complète, le médecin de votre laboratoire et/ou votre gynécologue pourraient demander une relecture de l’analyse par les pathologistes du centre de référence.

    Nous vous suggérons donc d’attendre le résultat des analyses en cours.

    Nous ne manquerions pas, le cas échéant, de vous informer sur la prise en charge et la surveillance adaptée.

    Bien à vous

    Frédéric Goffin, pour le groupe GTD.be

    #870 Reageer
    AvatarSabrina
    Gast

    Bonjour voilà j étais enceinte de 8sa un bébé dans l uterus avec un rythme cardiaque normal par contre avec mal en haut du ventre nausses terrible et ne dormait pas la nuit j ai subi une echographie et la à mon grand désespoir coeur arrêté puis curretage il me restait après des debri placentaire qui a disparu au bout 1 mois on m’a décelé une grossesse molaire partielle avec un taux de bêta 677 je suis désespère car depuis 1 an j ai fais que ça 2 grossesse arrêté et une grossesse ectopique un dans l uterus et un dans la Trompe qui m’a du être retiré que faire aidez moi j ai 38 ans et je perd espoir

    #878 Reageer

    Bonjour Madame,

    Nous comprenons bien votre déception et votre désespoir compte tenu de cette histoire particulièrement compliquée.

    De manière générale, une môle partielle est traitée par curetage utérin et un suivi des taux d’hCG est proposé, une fois par semaine jusqu’à négativation confirmée.

    Un épisode isolé de môle partielle n’impacte pas ou peu les chances de développer une grossesse normale par la suite.

    Cependant, votre histoire est particulière par le caractère répété des grossesses non évolutives.

    Ceci peut justifier des analyses complémentaires, parfois génétiques.
    Il nous semble important que vous parliez de cette éventualité avec votre gynécologue.

    Si vous souhaitez que votre cas soit revu par le centre belge des maladies trophoblastiques ou que vous souhaitez des informations complémentaires, nous vous invitons à prendre contact avec la data manger du centre francophone des maladies trophoblastiques gestationnelles, Mme Meriem Boukerroucha, meriem.boukerroucha@chu.ulg.ac.be.

    Bien à vous

    Dr Frédéric Goffin

15 berichten aan het bekijken - 1 tot 15 (van in totaal 34)
Reageer op: le protocole de suivi d’une grossesse molaire partielle
Mijn informatie:





<a href="" title="" rel="" target=""> <blockquote cite=""> <code> <pre class=""> <em> <strong> <del datetime="" cite=""> <ins datetime="" cite=""> <ul> <ol start=""> <li> <img src="" border="" alt="" height="" width="">